undefined

La sexualité du chien est souvent très faible, voire inexistante dans certaines grandes Villes. Cela tient au fait que les femelles sont en chaleur seulement deux fois par an, mais aussi à la prévention de plus en plus contrôlée par les maîtres. Or, l'activité sexuelle du mâle est permanente.

En période de manque, cela peut se traduire par une tendance à l'homosexualité avec simulation d'accouplement sur un autre mâle, voire même avec son maître (le chien prend alors une de vos jambes et mime l'accouplement). Il peut aussi chercher à se stimuler contre des tissus ou des fourrures qui peuvent lui rappeler la consistance d'un pelage.

Que faire ?

Hormis la castration, qui ne doit être envisagée que dans les cas extrêmes, il y a peu de méthodes complètement radicales pour freiner le désir sexuel du chien. Vous constaterez toutefois qu'une vie très dynamique, pleine d'entrain, de sport, de rencontres, de jeux permet à l'animal d'oublier ses problèmes psychologiques.

Une fois encore, le club ou le centre de dressage peut constituer un dérivatif de premier ordre. Participez beaucoup aux jeux, donnez un maximum d'affection, laissez le chien voir ses congénères et chahuter avec eux.

La solution des tranquillisants, qui est adoptée par certains éleveurs, est
à proscrire, car elle transforme petit à petit le en « drogué » qui ne se comporte plus comme d'habitude. En revanche, vous pouvez être amené à lui donner quelques calmants s'il y a une chienne en chaleur dans les environs.

Cela vous évitera de le voir fuguer.