Apprendre le rappel à son chien

07 décembre, 2016

C'est un dressage délicat, mais ô combien important, qui est destiné à éviter tous les risques de divagation et d'accidents que peut encourir le chien dans une vie urbaine ou rurale. A la ville, le danger vient de la circulation et du dédale des rues où l'animal peut se perdre : à la campagne, c'est l'espace lui-même qui est redoutable.

Pensez que le rappel est l'étape indispensable à la suite du dressage pour tous les chiens de garde et de défense que vous désirez faire mordre. En effet, ce n'est pas la bonne attaque qui importe, mais la possibilité de faire cesser le chien au moment opportun.

undefined

Technique d'apprentissage

Contrairement au « viens » qui est une commande « sur mesure », partant d'une position Imposée, le rappel doit pouvoir s'appliquer dans toutes les circonstances, et notamment la complète liberté du chien.

Le meilleur commandement est « au pied ! ». Vous pouvez aussi utiliser : « ICI ».

La technique s'apparente au « viens », mais vous devez utiliser une grande laisse de 5 à 10 mètres (ou une laisse à déroulement automatique qui peut être assez pratique pour cet exercice).

Laissez le chien se balader à sa guise, en lui offrant une sensation de liberté (laisse aussi lâche que possible). Quand il semble calme et détendu, criez son nom avec « au pied ! »

Il serait miraculeux que votre compagnon réponde au doigt et à l'œil (bien qu'avec certaines races très disciplinées comme le Dobermann ou le Berger Allemand, cela puisse se produire). Dans ce cas, tirez Immédiatement sur la laisse pour faire venir l'animal a vous et réitérez l'ordre « au pied !

Montrez une colère excessive, et terminez pas un « pas bouger ! Répétez l'exercice de nombreuses fois avant que le rappel ne devienne automatique.

C'est certainement l'ordre qui exige le plus de constance et de persévérance. Au besoin, faites-vous aider par un dresseur professionnel.

Notre conseil 

Vous pouvez aussi utiliser une autre méthode qui a fait ses preuves, tout en manquant cependant de rigueur. Elle s'adapte surtout bien aux jeunes chiens un peu fous-fous et distraits.

Laissez gambader le chien, puis, lorsqu'il n'est pas trop attiré par son environnement, lancez le « viens ! » et partez en courant dans la direction opposée où se trouve l'animal. Par Jeu, mais aussi par fidélité, il va vous rejoindre à toute vitesse. Vous pouvez aussi tabler sur l'angoisse de la solitude et vous cacher.

Lorsque le chien s'apercevra que vous avez disparu (ne le quittez pas des yeux), lancez un « au pied ! » retentissant et apparaissez. Généralement, il se précipitera vers vous.

L'enseignement de l'ordre pas bouger

01 décembre, 2016

Il accompagne le plus souvent le « assis » et le « couché ». Lorsque l'animal se trouve dans ces positions précises, il est Intéressant de lui commander de ne pas bouger. Ceci peut bien souvent éviter un accident avec les chiens de garde très mordants, ou avec les chiens « feu follet » qui se promènent en ville et n'ont aucune peur des autos.

Le « pas bouger » est indispensable pour pouvoir poursuivre le dressage. C'est un des ordres de base les plus importants qui demande une grande patience et beaucoup de fermeté.

undefined

Technique d'apprentissage 

La meilleure solution consiste à exécuter l'exercice en position « assis ». Tenez la laisse dans la main gauche et commencez à vous écarter du chien en lui intimant : « pas bouger ! ». Accompagnez l'ordre d'un geste précis. Avancez la main droite vers le chien, mam en avant, en étendant le bras. Logiquement, le chien va n'avoir qu'une envie : revenir se blottir dans vos jambes.

Dès qu'il fait mine de se lever, vous lancez un « non ! » bruyant et ferme et avancez la main comme une menace. Répétez l'ordre « pas bouger » et continuez à vous écarter Jusqu'à ce que la laisse soit tendue (sans qu'elle lui tire sur le cou, sinon le chien croira que vous le tirez vers vous).

En cas de réussite, complimentez l'animal, et au début, ne le laissez pas longtemps immobile.

L'exercice se complique petit à petit par des mouvements autour du chien (toujours tenu en laisse), jusqu'à ce que vous arriviez à lui tourner complètement autour sans qu'il se lève.

Le plus difficile, c'est le passage derrière, lorsque l'animal ne vous voit plus. N'omettez surtout pas cette étape, elle est très importante par la suite (l'idéal étant d'obtenir un chien qui reste dans un endroit précis, même s'il ne voit plus son maître).

Lorsque l'acquis du « pas bouger » vous semblera parfait, sophistiquez le travail en libérant le chien de la laisse. Mais mieux vaut aussi que le rappel soit assuré avant d'entamer cette étape du dressage.

Notre conseil 

Le « pas bouger » est trop important pour être négligé. Ne le considérez jamais comme définitivement acquis et travaillez-le très souvent. La meilleure méthode consiste à opérer sans laisse en vous éloignant de plus en plus loin du chien.

Mais surtout, n'oubliez pas de toujours revenir vers lui, il faut que cet ordre soit pour l'animal une certitude d'une absence passagère. Ne permettez jamais à quiconque de vous remplacer en cours d'exercice, le chien vous fait plaisir en respectant vos ordres, il n'est pas forcément disposé à obéir à n'importe qui.

 

L'intérêt de la caisse de transport

27 novembre, 2016

undefined

Depuis son arrivée, votre petit chiot pleure, et vous réveille plusieurs fois dans la nuit. La journée, tout va bien, c’est un amour de petit chien, vous craquez devant cette petite boule de poils qui mange, boit, fait ses besoins de son mieux aux endroits délimités par des journaux, une alèze ou un tapis de propreté. Il joue beaucoup et mieux encore, il ne crie plus quand vous disparaissez par moment. C’est un grand progrès !

Vous êtes tous conquis, dans la famille. Mais le gros souci, c’est le soir… vous appréhendez d’aller vous coucher, craignant ses pleurs dès la porte fermée. Si vous avez décidé de le garder dans votre chambre, son panier près de votre lit, il vous réveille tout de même en gémissant.

Bref, malgré les bons conseils donnés et recueillis vous en êtes au même point depuis le premier jour : énervé, fatigué, à bout de patience et d’idées. Ce n’est pas très bon, car votre petit shih tzu, même très jeune, ressent vos émotions, elles le perturbent.

Vous pourriez essayer ce système : utiliser une caisse de transport !

Ce n’est pas une prison et cette caisse peut devenir sa tanière, sa niche, son refuge. Un petit chiot se sent rassuré s’il a un toit sur sa tête, j’ai une amie dont les deux shih tzu, habituées toutes petites à dormir dans un de ces modèles, continuent même devenues adultes à s’y retirer, quand elles veulent se reposer. Vous mettez une petite couverture confortable dans le fond et laissez la porte ouverte, pour qu’il puisse entrer ou sortir librement.

Technique pour l'habituer à aller dans sa caisse

Dans la journée vous y placez quelques croquettes, ou un os à ronger, son jouet favori par exemple. Dès que vous le voyez somnoler, prêt à dormir, vous le portez doucement dedans et fermez la porte. Évidemment personne ne devra le toucher ou le déranger quand il s’y repose. C’est son oasis de paix, il s’y rendra spontanément quand il sera fatigué.

Il faut laisser la porte de cette caisse fermée, pendant des périodes d’abord courtes puis plus longues, et ouverte aussi.
Bientôt il ne ressentira plus la porte fermée comme une contrainte, mais comme une protection, pensant que ceux qui veulent le déranger sont enfermés à l’extérieur, et lui à l’abri.

La nuit, quand il veut en sortir pour faire ses besoins, vous lui ouvrez et le portez directement sur ses « toilettes ». Vous le remettez dans sa caisse ensuite, refermez la porte avec une parole gentille et c’est bien le diable, si je puis me permettre, s’il ne se rendort pas très vite !

Cette façon de procéder, l’enfermer dans sa caisse de transport, a d’autres utilités, comme vous allez le constater. Si votre petit chiot, dès son jeune âge, a pris l’habitude de dormir dans sa caisse, il ne paniquera pas dans les circonstances suivantes :


• Pour les visites chez le vétérinaire, pendant le voyage, dans sa caisse bien calée sur la banquette de votre voiture, il ne risquera pas de se cogner le nez en cas de freinage brusque, ou d’être ballotté sur les routes.


• Si vous l’emmenez en bus, par exemple, sa caisse le protégera des gestes des inconnus, et il verra ce qui se passe dehors en toute quiétude.


• En cas de visite chez vous de personnes ne supportant pas les chiens – ça existe vraiment ? – il ne pourra pas les importuner.


• Dans votre cuisine, pendant que vous préparez le repas, vous ne l’aurez pas dans les jambes, il ne pourra rien vous voler non plus.


• Pendant vos repas, pour éviter qu’il quémande à table.


• En exposition, c’est désagréable de tenir en laisse votre chien toute la journée. Il pourra se reposer dans sa caisse de transport personnelle, à l’aise, et ne sera pas dérangé ni perturbé…

 

Et en mille autres occasions différentes, si vous adoptez cette solution !

Vous pourriez étendre cette option, la caisse de transport, à une façon de vivre différente avec votre shih tzu, quand il grandira ! Mais oui ! quand vous vous absentez plusieurs heures par exemple !

Mais on verra plus tard comment la caisse pourrait vous faciliter la vie, à vous et votre shih tzu !

 

Eduquer progressivement son chien

21 novembre, 2016

Comme pour les petits d'homme, l'éducation du chiot doit se faire progressivement. Les acquis sont plus ou moins rapides selon les chiens, les races, les maîtres. Tout doit commencer à l'arrivée du chiot à la maison. C'est la prise de discipline (avec la séparation coin du chien, coin du maître, les interdits, la propreté) qui va contribuer progressivement à l'éducation de l'animal. Il faudra attendre la parfaite maîtrise de ces principes de base avant d'essayer de lui inculquer des ordres vocaux et des commandements.

undefined

Le principe d'éducation est lié au rapport de force et à la volonté naturelle de l'animal de plaire à son maître, de l'aimer, de lui procurer des satisfactions. Il est donc nécessaire que vous fassiez preuve de fermeté. Manifestez votre mécontentement d'une façon très exagérée afin que le chien se sente vraiment coupable. A la limite, effrayez-le un peu par une grosse voix, des gestes de menace.

Si c'est un chien naturellement très affectueux, amusez-vous à le bouder lorsqu'il a transgressé les règles. Inversement, jouez à fond sur le côté affectif du chien en n'hésitant pas à le féliciter chaleureusement chaque fois qu'il a bien fait.

Son intellect fonctionne par association d'idées. Lorsqu'il se rendra compte que tel comportement amène à votre plaisir, à des félicitations et des caresses, il ne sera plus tenté de passer outre. Une récompense est toujours la meilleure des choses pour faire « fonctionner » le chien selon nos désirs.

Notre conseil : Ne conduisez pas trop tôt votre chien dans un centre de dressage. Il faut que toutes ses vaccinations soient terminées (le mieux, c'est à l'âge d'un an minimum). En revanche, si vous avez de vrais problèmes, faites venir le dresseur à domicile. Il sera beaucoup plus facile pour un tout jeune chien d'acquérir le comportement de base dans son univers habituel. On a trop souvent vu des chiens exécuter parfaitement les ordres sur le terrain de dressage et s'en contreficher une fois revenus à la maison.

Partir en vacances avec son chien

21 novembre, 2016

Si vous décidez d'emmener votre chien pendant les vacances, vous allez vous heurter au problème du transport, mais aussi à l'acclimatation sur place, au logement, au changement de climat, etc.

Il est indispensable de tout préparer à l'avance afin que vous n'ayez pas de désagrément une fois arrivé sur le lieu de vos vacances (notamment, renseignez-vous toujours avant pour savoir si l'hôtel, le centre de vacances, ou le propriétaire de votre location acceptent ou non la présence du chien).

undefined

A l'hôtel

Il existe de plus en plus d'établissements qui acceptent les chiens.

Méfiez-vous des simples indications du guide Michelin (déjà fort utiles au demeurant), l'acceptation pour certains est synonyme de tolérance et de chenil. Si vous désirez faire partager votre chambre à votre compagnon, faites-le vous préciser par écrit sur votre réservation.

N'oubliez pas que c'est votre attitude qui conditionne, par la suite, celle de l'hôtelier vis-à-vis des

En cas de dégâts, prenez vos responsabilités.

Évitez d'emmener avec vous un animal dont vous n'êtes pas parfaitement sûr, et ne l'imposez jamais dans la salle à manger. Si le chien est bien élevé, s'il se montre aimable et plaisant, sûr qu'il aura droit à des attentions particulières, friandises et caresses notamment.

La plupart du temps, vous aurez à payer une somme forfaitaire (assez faible) pour la présence du chien dans la chambre. Certains établissements prévoient aussi des repas pour les animaux. Ils vous seront facturés en plus (mais ils n'ont rien d'obligatoire). Il est plus pratique, dans les voyages, d'avoir un chien habitué à une nourriture industrielle. Il est ainsi plus aisé de l'alimenter sans qu'il ressente des troubles digestifs dus à un changement de régime.

Notre conseil : Il est certain que la présence du chien va donner au personnel un surcroit de travail (surtout s'il est en période de mue et perd beaucoup de poils). N'oubliez pas de glisser un petit pourboire supplémentaire à bon escient, cela permettra souvent d'aplanir quelques difficultés.

Au camping

Ici, la liberté est plus grande, mais il existe toutefois des terrains qui n'acceptent pas les animaux familiers (et en particulier les gros chiens). Comme pour l'hôtel, renseignez-vous à l'avance et avertissez le responsable du camp. Le chien ne doit pas divaguer dans le terrain, mais d'un autre côté, il risque de se mettre à hurler s'il est à l'attache. Le caravaning nous semble beaucoup mieux approprié car le chien se trouvera dans un univers plus équilibré, où il pourra occuper son coin, exactement comme à la maison.

En location

Il y a souvent moins de problème parce que moins

de restriction. Mais certains propriétaires peuvent être réfractaires (à la suite d'expériences malheureuses notamment). On ne peut vous faire payer un supplément de location en raison de la présence du chien. Mais il est indispensable de faire oublier au mieux sa présence, et surtout d'éviter toute souillure et de bien réparer les éventuels dégâts.

Notre conseil : Ne jouez pas les clandestins en introduisant subrepticement votre chien dans l'appartement (ou la villa) loué. C'est toujours une source d'ennuis qui pourrait vous conduire à passer des vacances désastreuses. Il n’y a pas de honte à avoir un chien, et il est toujours préférable de l'annoncer au grand jour sans aucune honte.

A la plage

Le chien est de plus en plus considéré comme un indésirable, car bien des maîtres peu soigneux se sont conduits de façon détestable.

Bienséance. Il est vrai qu'en pleine saison, sur des plages bondées, la présence un peu encombrante du chien peut gêner certains amateurs de calme et de repos. Vous pouvez toujours trouver un petit coin tranquille à l'écart des autres afin de ne pas imposer la présence du chien. Ne le laissez pas divaguer, et surtout veillez qu'il ne s'ébroue pas sur les voisins à sa sortie de l'eau.

Propreté. Beaucoup de plages sont désormais interdites aux chiens, en raison des excréments que l'on retrouvait un peu partout. Faites partie des maîtres prévoyants et emportez toujours un seau, un sac plastique ou autre qui servira à ramasser les inévitables crottes que le chien ne pourra s'empêcher de déposer sur le sable.

Notre conseil : Faites attention aux coups de soleil et prévoyez un parasol pour abriter le chien. Le bronzing n'est pas sa passion, et il peut très vite souffrir d'un coup de chaleur.

Attention aussi qu'il ne se déshydrate pas.

Évitez de le faire jouer dans l'eau pour qu'il n'avale pas d'eau de mer. Il pourrait avoir des coliques.

Les précautions d'usage

Les précautions d'usage concernent surtout la propreté et la bienséance dont nous avons abondamment parlé, mais il ne faut pas pour autant oublier le bien-être du chien.

N'oubliez surtout pas d'emporter dans vos bagages sa couverture habituelle et même, si vous le pouvez, son panier. Ces éléments familiers, empreints de son odeur, lui permettront de mieux s'accoutumer à son nouvel univers. S'il a un jouet de prédilection, emportez-le aussi.

N'oubliez surtout pas de vérifier si les vaccins sont à jour (même en France, on peut vous les demander dans les régions où la rage sévit, et surtout en Corse où c'est obligatoire par précaution), et faites passez à l'animal une petite visite médicale de routine afin d'être sûr qu'il pourra supporter le voyage sans problème. Prévoyez aussi une trousse médicale d'urgence.

 

Capter l'attention de votre chien

14 novembre, 2016

Pour que votre chiot puisse apprendre quelque chose, il faut d'abord qu'il s'intéresse à vous. Ces jeux vous aideront à enseigner à votre chiot à se concentrer sur vous pendant tout le temps nécessaire pour lui montrer ce qu'il doit apprendre.

Les jeux décrits ci-dessous vous aideront à obtenir l'attention complète de votre chiot. Si vous désirez le dresser correctement, il s'agit là d'un aspect très important, car il devra porter toute son attention sur vous avant d'entreprendre chacun des exercices.

Mettez ces jeux en pratique et utilisez-les pour aider votre chiot à s'imprégner d'une atmosphère qui lui permettra de bien apprendre et de s'intéresser à vous avant le commencement de chaque séance de travail.

undefined

Jouer à faire remuer la queue

Voyez si vous pouvez faire remuer la queue de votre chiot. Quel membre de votre famille réussit à faire bouger le plus la queue du chiot ? Quel geste fait-il que vous puissiez imiter ? Qu'est-ce qui attire le plus l'attention de votre chiot ? Faites le pitre, amusez-vous, offrez des récompenses, des jeux, et félicitez votre chiot d'une voix haute et excitée. Caressez-le délicatement et rapidement le long des côtés, tapez dans vos mains, bougez et faites le fou ! Plus vous réussirez à l'exciter, plus sa queue remuera et plus il vous accordera d'attention, ce qui sera bénéfique pour son dressage.

Le jeu du regard

Montrez à votre chiot que vous possédez quelque chose qu'il désire, dites son nom, tenez la récompense sous votre menton et attendez qu'il vous regarde. Donnez-lui ensuite la récompense ou jouez avec lui avec un jouet.

Répétez cet exercice sur plusieurs séances jusqu'à ce que votre chiot vous regarde dès que vous prononcez son nom. Une fois que vous aurez obtenu un contact visuel facile sur appel de son nom, augmentez graduellement la période de temps pendant laquelle vous retenez son attention. Commencez lentement, comptez jusqu'à deux avant de donner la récompense, puis recommencez à compter jusqu'à trois avant d'offrir la récompense, et ainsi de suite.

Conditions idéales pour apprendre

En plus de s'intéresser à la nourriture et au jeu, votre Shih Tzu doit aussi être alerte et plein de vie. Choisissez des moments de la journée où il a eu suffisamment de repos, où il n'attend pas pour faire ses besoins et n'est pas susceptible d'être distrait par autre chose.

Si votre chiot est turbulent et très énergique, organisez-lui une séance de jeu vigoureuse pendant laquelle il pourra courir à sa guise dans un endroit sécuritaire avant d'entreprendre la séance de dressage. Ainsi, vous serez
assuré que votre chiot est dans un état calme, propice à l'apprentissage.

Règles d'or pour les séances de dressage

  • Visez la réussite à chaque séance.
  • Répétez chaque exercice plusieurs fois par jour.
  • Travaillez en séances courtes de trois minutes.

Terminez chaque séance de travail sur une note positive.

Billets plus récents → Accueil ← Billets plus anciens