Partir en vacances avec son chien

21 novembre, 2016

Si vous décidez d'emmener votre chien pendant les vacances, vous allez vous heurter au problème du transport, mais aussi à l'acclimatation sur place, au logement, au changement de climat, etc.

Il est indispensable de tout préparer à l'avance afin que vous n'ayez pas de désagrément une fois arrivé sur le lieu de vos vacances (notamment, renseignez-vous toujours avant pour savoir si l'hôtel, le centre de vacances, ou le propriétaire de votre location acceptent ou non la présence du chien).

undefined

A l'hôtel

Il existe de plus en plus d'établissements qui acceptent les chiens.

Méfiez-vous des simples indications du guide Michelin (déjà fort utiles au demeurant), l'acceptation pour certains est synonyme de tolérance et de chenil. Si vous désirez faire partager votre chambre à votre compagnon, faites-le vous préciser par écrit sur votre réservation.

N'oubliez pas que c'est votre attitude qui conditionne, par la suite, celle de l'hôtelier vis-à-vis des

En cas de dégâts, prenez vos responsabilités.

Évitez d'emmener avec vous un animal dont vous n'êtes pas parfaitement sûr, et ne l'imposez jamais dans la salle à manger. Si le chien est bien élevé, s'il se montre aimable et plaisant, sûr qu'il aura droit à des attentions particulières, friandises et caresses notamment.

La plupart du temps, vous aurez à payer une somme forfaitaire (assez faible) pour la présence du chien dans la chambre. Certains établissements prévoient aussi des repas pour les animaux. Ils vous seront facturés en plus (mais ils n'ont rien d'obligatoire). Il est plus pratique, dans les voyages, d'avoir un chien habitué à une nourriture industrielle. Il est ainsi plus aisé de l'alimenter sans qu'il ressente des troubles digestifs dus à un changement de régime.

Notre conseil : Il est certain que la présence du chien va donner au personnel un surcroit de travail (surtout s'il est en période de mue et perd beaucoup de poils). N'oubliez pas de glisser un petit pourboire supplémentaire à bon escient, cela permettra souvent d'aplanir quelques difficultés.

Au camping

Ici, la liberté est plus grande, mais il existe toutefois des terrains qui n'acceptent pas les animaux familiers (et en particulier les gros chiens). Comme pour l'hôtel, renseignez-vous à l'avance et avertissez le responsable du camp. Le chien ne doit pas divaguer dans le terrain, mais d'un autre côté, il risque de se mettre à hurler s'il est à l'attache. Le caravaning nous semble beaucoup mieux approprié car le chien se trouvera dans un univers plus équilibré, où il pourra occuper son coin, exactement comme à la maison.

En location

Il y a souvent moins de problème parce que moins

de restriction. Mais certains propriétaires peuvent être réfractaires (à la suite d'expériences malheureuses notamment). On ne peut vous faire payer un supplément de location en raison de la présence du chien. Mais il est indispensable de faire oublier au mieux sa présence, et surtout d'éviter toute souillure et de bien réparer les éventuels dégâts.

Notre conseil : Ne jouez pas les clandestins en introduisant subrepticement votre chien dans l'appartement (ou la villa) loué. C'est toujours une source d'ennuis qui pourrait vous conduire à passer des vacances désastreuses. Il n’y a pas de honte à avoir un chien, et il est toujours préférable de l'annoncer au grand jour sans aucune honte.

A la plage

Le chien est de plus en plus considéré comme un indésirable, car bien des maîtres peu soigneux se sont conduits de façon détestable.

Bienséance. Il est vrai qu'en pleine saison, sur des plages bondées, la présence un peu encombrante du chien peut gêner certains amateurs de calme et de repos. Vous pouvez toujours trouver un petit coin tranquille à l'écart des autres afin de ne pas imposer la présence du chien. Ne le laissez pas divaguer, et surtout veillez qu'il ne s'ébroue pas sur les voisins à sa sortie de l'eau.

Propreté. Beaucoup de plages sont désormais interdites aux chiens, en raison des excréments que l'on retrouvait un peu partout. Faites partie des maîtres prévoyants et emportez toujours un seau, un sac plastique ou autre qui servira à ramasser les inévitables crottes que le chien ne pourra s'empêcher de déposer sur le sable.

Notre conseil : Faites attention aux coups de soleil et prévoyez un parasol pour abriter le chien. Le bronzing n'est pas sa passion, et il peut très vite souffrir d'un coup de chaleur.

Attention aussi qu'il ne se déshydrate pas.

Évitez de le faire jouer dans l'eau pour qu'il n'avale pas d'eau de mer. Il pourrait avoir des coliques.

Les précautions d'usage

Les précautions d'usage concernent surtout la propreté et la bienséance dont nous avons abondamment parlé, mais il ne faut pas pour autant oublier le bien-être du chien.

N'oubliez surtout pas d'emporter dans vos bagages sa couverture habituelle et même, si vous le pouvez, son panier. Ces éléments familiers, empreints de son odeur, lui permettront de mieux s'accoutumer à son nouvel univers. S'il a un jouet de prédilection, emportez-le aussi.

N'oubliez surtout pas de vérifier si les vaccins sont à jour (même en France, on peut vous les demander dans les régions où la rage sévit, et surtout en Corse où c'est obligatoire par précaution), et faites passez à l'animal une petite visite médicale de routine afin d'être sûr qu'il pourra supporter le voyage sans problème. Prévoyez aussi une trousse médicale d'urgence.

 

Bien accueillir son Shih Tzu

12 novembre, 2016

Quoi que vous fassiez, le chiot sera sans doute affolé par la séparation brutale que vous lui imposez en le retirant de son milieu familial, par le retour chez vous en voiture (ou n'importe quel autre moyen de locomotion) et par ce monde nouveau et effrayant que constituent votre maison, votre famille et vos autres animaux éventuels.

Il faut le comprendre et ne pas se formaliser d'une réaction distante. Quoi de plus absurde que de voir de nouveaux propriétaires venir acheter le chiot en délégation — famille et amis - et s'arracher le pauvre malheureux pour lui manifester des démonstrations de tendresse aussi bruyantes qu'exubérantes ! Placé dans cette situation, le chiot ne fera pas la différence entre ces démonstrations affectueuses et des gestes d'agressivité à son égard.

S'il mord un des membres de la famille pour se défendre, tous s'écrieront : « Ah, la sale bête ! » Mieux vaut donc vous rendre seul ou en comité réduit chez le vendeur.

undefined

Le retour en voiture

Si vous rentrez chez vous en voiture, placez le chiot sur une vieille couverture, celui-ci risquant fort de « s'oublier » durant le trajet. Inutile de dire qu'en pareil cas il vous faudra regarder ailleurs et faire comme si de rien n'était ! Un tel « accident » se produira en revanche certainement quelques instants après son arrivée chez vous.

En quittant la voiture, le chien se décontractera un peu et ne tardera pas à se vider. Laissez-le donc se promener quelques instants à l'extérieur avant de rentrer chez vous... Comme nous le verrons, on ne peut espérer de miracles et l'apprentissage de la « propreté » est progressif. Si vous craignez que de tels accidents surviennent sur vos tapis ou vos moquettes, la seule solution est d'interdire l'accès de ces pièces au nouvel arrivant.

La période de quarantaine

Certains éleveurs préconisent une période de quarantaine, d'une semaine environ, durant laquelle le chiot vit exclusivement dans une seule pièce de la maison, en l'occurrence la cuisine. Cette méthode permet de limiter les dégâts au maximum. Rien d'irrémédiable si le chiot s'oublie sur le carrelage ou déchiquette une serpillière. Le chiot a vite fait de connaître les moindres recoins de la pièce, et il s'y sent rapidement en sécurité. Il fera connaissance avec les différents membres de la famille à partir de ce refuge. Cette méthode présente en outre l'avantage d'habituer le chiot à la solitude, ce qui peut plus tard lui permettre de rester seul à la maison pendant vos absences, sans trop de tristesse.

S'il est aujourd'hui devenu principalement un chien de compagnie, le Shih Tzu n'est cependant pas un chien d'appartement. Fouineur et remuant, il ne sera jamais heureux s'il vit isolé, loin de son maître. Peut-être est-il dès lors possible d'imaginer une autre façon de commencer votre vie commune. Faire de la cuisine le territoire de votre Shih Tzu y installer quelques journaux, dans un coin, sur lesquels vous déposerez votre compagnon s'il demande les toilettes. Dès son arrivée, vous pourrez de plus lui proposer à cet endroit une écuelle d'eau fraîche. Ensuite, laissez-le…

Il ne s'agit pas de s'en désintéresser et de lui faire croire que personne ne l'aime, mais de lui laisser découvrir tout seul son nouveau cadre de vie. Au bout de quelques instants, vous ne verrez sans doute plus trottiner votre Basset. Cherchez-le, il vient probablement de se trouver un coin-refuge qui lui rappelle, par quelque détail infime, le chenil qu'il vient de quitter : présence d'un radiateur, texture ou couleur du sol ou d'un mur, etc.

Sans gestes brusques et en le rassurant par un flot de paroles douces dans lequel revient souvent son nom — qu'il apprendra bientôt à reconnaître placez-le à cet endroit sur une vieille couverture pliée. Le chien s'y sentira en sécurité et pourra lancer des excursions à travers votre maison depuis ce coin-refuge confortable et sécurisant.

Reste le problème de la première nuit... Certains enferment le chien dans la cuisine et restent sourds à ses gémissements, d'autres « craquent » et laissent dormir le toutou sur leur lit. Mieux vaut sans doute laisser les portes ouvertes. Au début de la nuit, laissez votre chiot dans son coin-refuge, en prenant la précaution de l'entourer d'une véritable prairie de journaux.

Au cours de la nuit, le chiot se lancera certainement à la découverte de votre maison et peut-être aurez-vous la surprise, le matin au réveil, de découvrir au bout de votre lit une petite forme déjà confiante et déjà frétillante sous les caresses...

Billets plus récents → Accueil